Techniques - ArgileImprimer cette page

Techniques - Argile

  1. Le matériel nécessaire
  2. Les connaissances techniques indispensables
  3. Les étapes de réalisation
  4. Références

Préparation d’une structure

Lorsque la pièce est grande ou de forme verticale, il est important de la réaliser autour d’une structure qui soutiendra la terre et évitera que celle-ci s’affaisse au cours du travail. La structure doit pouvoir être retirée avant la cuisson.

La structure pourra être constituée d’une tige filetée insérée dans une planche en bois munie de tasseaux sur le dessous pour la surélever. La tige est fixée de part et d’autre de la planche à l’aide d’écrous et de rondelles bien serrés qui maintiennent la tige en place.

Sur la tige est ensuite fixée une boule réalisée à l’aide de sacs plastiques bien serrés autour de la tige et fixés à l’aide d’un fil de fer. Il faut s’assurer que cette boule soit bien maintenue sur la tige car la terre pèsera sur celle-ci. Il faut également que le volume de la boule et sa position sur la tige correspondent au volume de la sculpture afin que le plastique ne risque pas de ressortir pendant le travail. On posera la terre (un peu dure) sur la boule en plastique et la tige centrale.

Lorsque la forme de la sculpture l’exige, la tige centrale peut maintenir une potence qui soutiendra la terre. De plus, des baguettes en bois ou des tasseaux peuvent être ajoutés pour maintenir des parties de la sculpture qui risqueraient de s’effondrer. L’important est que l’ensemble des éléments puissent être retirés avant la cuisson. Pour que la terre ne se fende pas à cause de sa rétractation que ne subiront pas les éléments de soutien, il est intéressant de coller un peu de terre de la même consistance que celle de la sculpture de part et d'autre de chacun des éléments de soutien, ainsi leur taille diminuera en même temps que la sculpture et évitera l'apparition de tensions.

Création des volumes

On pose sur la structure de la terre afin de former le volume qui sera nécessaire pour la pièce en pressant bien la terre sur la boule en plastique et la tige afin qu’elle ne glisse pas. Il est intéressant de poser à ce moment de la terre pas trop molle afin que celle-ci ne glisse pas le long de la structure, on pourra ensuite pour les finitions travailler avec de la terre plus molle car elle est plus facile à modeler. L’objectif de cette étape est de réaliser un volume global et surtout pas de réaliser les détails, il faut notamment s’assurer de positionner les bons volumes au bon endroit.

Réalisation de la sculpture

Une fois les volumes correctement mis en place, on peut commencer à réaliser la sculpture. Il est important de procéder par étapes, sans se précipiter directement dans les détails, même si c’est tentant, en plaçant tout d’abord les volumes et les éléments correctement. En effet la terre sèche tout au long du travail est il est embêtant de devoir procéder à des modifications importantes alors que la terre est déjà dure, la terre maltraitée cassera ou se fendra. De plus, une terre un peu sèche facilite la réalisation des détails.

Ainsi par exemple pour la réalisation d’un pied, on placera de manière globale les volumes de la cheville, du talon, du coup de pied et des orteils sans réaliser des détails et ce n’est que lorsque ces volumes seront corrects que l’on pourra procéder à la réalisation des détails comme la séparation des orteils. De la même manière lorsque l’on réalise une tête, l’erreur la plus fréquente est de travailler les éléments du visage sans prendre le temps de mettre en place les volumes de la tête et notamment le crâne qui représente un volume important, l’arcade zygomatique et la mâchoire. Cela conduit à de grosses erreurs de proportions qui, si les détails sont réalisés, seront compliquées à réparer par la suite car les détails devront probablement être entièrement recommencés pour obtenir un résultat réaliste.

Ouvrir une sculpture

Il est parfois indispensable d’ouvrir la sculpture pour en retirer la structure ou pour la vider. On procède à l’ouverture, selon son emplacement, à l’aide d’un couteau (plus maniable) ou d’un fil à couper (la découpe est plus fine). L’ouverture doit être suffisamment grande pour que l’on puisse procéder à l’opération souhaitée (retrait de structure ou vidage) sans abîmer la sculpture, mais il faut éviter de couper des endroits avec des détails ou de la texture car ceux-ci seraient à refaire ensuite. Il faut choisir soigneusement l’endroit de l’ouverture. Ainsi pour une tête, on décallotera celle-ci à l’aide du fil pour vider l’intérieur du crâne, puis on la recollera et on allongera la sculpture pour vider le cou et les épaules par le dessous en rejoignant les deux zones vidées au niveau du cou. Pour un corps, on ouvrira au niveau du dos ou du ventre à l’aide d’un couteau en pratiquant deux incisions en forme de diamant. On évitera d’abîmer d’éventuels détails comme les mains en choisissant la zone où il y a le moins de détails ou de texture, puis on pourra vider la tête et les cuisses en veillant à rejoindre les zones vidées.

Retirer la structure

Une fois la sculpture bien avancée et la terre un peu durcie, il faut retirer la structure de la sculpture. Cette étape doit être réalisée au bon moment, car si la terre est trop molle l’ensemble risque de s’effondrer, mais si elle est trop dure le risque est de ne pas pouvoir retirer la structure.

Si la structure est uniquement constituée d’une tige, on peut sortir la sculpture par le haut en la tournant légèrement pour la détacher de la tige. Attention à maintenir l’équilibre de la sculpture afin qu’elle ne tombe pas. On peut ensuite soit remettre la sculpture sur sa tige le temps de terminer le travail, soit la poser contre la tige en l’y attachant à l’aide d’un sac en plastique roulé (qui ne laisse pas de marques sur la terre).

Si la sculpture contient une boule de plastique (ou une potence), il faudra en cours de travail l’ouvrir pour en sortir le plastique, la découpe devant être suffisamment grande pour que le plastique soit accessible au maximum. On coupe d’abord le fil de fer partout où il est accessible à l’aide d’une pince coupante, puis à l’aide d’un cutter on découpe la boule de plastique et on le retire morceau par morceau. On referme alors la sculpture autour de sa tige et on continue le travail. Attention, il ne s’agit pas d’une étape de vidage car la sculpture deviendrait alors trop fragile pour être travaillée, on se contente de retirer le plastique et de refermer, on videra plus tard quand la terre sera plus dure.

Vider la sculpture

Une fois la sculpture globalement terminée, celle-ci doit être vidée afin d’éviter tout accident lors de la cuisson (sauf si la sculpture est très petite). En effet si la sculpture est pleine, cela multiplie les risques de présence d’une bulle d’air dans la matière qui causerait la casse de celle-ci.

Le vidage de la sculpture est une opération qui doit être réalisée lorsque la consistance de la terre est correcte, c'est-à-dire pas trop humide pour éviter les risque d’effondrement ni trop dure car le vidage serait trop difficile. La bonne consistance pour le vidage est celle du cuir. De plus le vidage doit commencer par le haut de la pièce afin d'éviter que celle-ci ne s'affaisse sous le poids de la partie pleine. Ne jamais oublier que le vidage de la sculpture laisse de l’air à l’intérieur et qu’il faut donc qu’une ouverture lui permette de s’échapper pendant la cuisson, on réalisera donc un trou dans une partie cachée ou on laissera le dessous ouvert, sans oublier de vérifier que toutes les parties vidées communiquent bien entre elles pour laisser circuler l’air.

Une fois la sculpture vidée, celle-ci devient fragile car l’épaisseur de terre est mince, attention à ne pas l’humidifier et à la manipuler avec soin (surtout dans les parties fines comme le cou) sous peine de casse ou d’effondrement.

Le vidage se fait généralement à l’aide d’une mirette coupante qui permet de retirer la terre, l’objectif étant de laisser une épaisseur de terre égale, ce qui n’est pas toujours évident à cause des volumes de la sculpture. On maintient généralement une main sur l’extérieur de la sculpture au niveau de la partie vidée afin de sentir avec la main l’épaisseur. On vide également la partie découpée avec la même épaisseur.

Refermer la sculpture

Pour refermer l’ouverture, on guilloche chacune des deux parties et on applique généreusement la barbotine dessus. On presse ensuite les deux côtés avec soin et on mêle les deux terres tout le long de la découpe. On réalise ensuite des colombins fins que l’on applique tout le long de la couture pour redonner le volume souhaité et que l’on mélange à la terre pour faire disparaître la trace de la découpe. On peut alors se préoccuper de redonner la bonne texture à la cicatrice.

Lorsque l’on vide une tête par exemple il est intéressant de procéder au vidage avant de réaliser la chevelure car le vidage abîmera celle-ci.

La cuisson de la sculpture

Avant cuisson dans un four à céramique, il faut être certain de la sculpture soit totalement sèche, un terre humide soumise à cuisson cassera en morceaux.

Quilles d'enfournement de différentes tailles
Quilles d'enfournement de différentes tailles

On déposera les pièces à cuire sur des plaques d’enfournement en matériau réfractaire qui reposent elles mêmes sur des quilles d’enfournement (au moins trois par plaque pour qu’elle soit stable. Pour un four à biscuit (première cuisson), les pièces peuvent se toucher sans risques ou toucher les parois du four, ce qui ne sera pas le cas d’un four d’émaillage (seconde cuisson) où il faudra espacer chaque pièce d’au moins un centimètre pour éviter projections et coulures de l’émail. On cherche généralement à remplir autant que possible le four et de manière uniforme afin que la chaleur circule correctement. Attention toutefois aux empilements en équilibre instable qui risquent de provoquer de la casse en cours de cuisson.

Le remplissage d’un four est une étape délicate et demandant du temps, du calme et de la concentration afin de ne briser aucun élément de sculptures parfois fragiles et ayant des formes parfois difficiles à emboiter.

La cuisson doit respecter la température de cuisson indiquée pour la terre utilisée. Attention aux mélanges de terres de différentes natures car si leurs températures de cuisson de sont pas similaires cela peut poser de gros problèmes allant jusqu’à la mise hors service du four.

 

 

Les connaissances techniques indispensables Lire la suite : Les connaissances techniques indispensables

Lire la suite : Références Références

 

 

Fermer la fenêtreImage prcdenteImage suivante